Notre équipe

Antoine Champigny est candidat au doctorat en histoire et en lettres (UQAM et Univ. Lyon 2). Son mémoire de maîtrise, déposé en janvier 2017, se consacre à l’humaniste Barthélemy Aneau et aux mises en scène d’amitié au sein de la communauté savante lyonnaise au cours du deuxième tiers du XVIe siècle. Il prépare actuellement une thèse de doctorat sur les éditeurs savants et les dynamiques des réseaux éditoriaux à Lyon, toujours au XVIe siècle. Son engagement au sein de la Revue Histoire, Idées, Sociétés s’inscrit dans une volonté de contribuer à l’évolution d’une plateforme de publication assurant la visibilité et le rayonnement des travaux des étudiants-chercheurs en histoire.

Olivier Dufresne est candidat à la maitrise en histoire à l’UQAM sous la direction de Geneviève Dorais. Ses recherches portent sur les relations transnationales au sein des Amériques, plus particulièrement, sur le rôle impérialiste du Canada en Amérique latine, par le biais de l’étude des relations entre deux groupes d’acteurs historiques soit les hommes d’affaires canadiens et les diplomates d’Amérique du Sud au Canada. Son engagement au sein de la revue Histoire, Idées, Sociétés est animé par la volonté de contribuer au bon fonctionnement et à l’évolution d’une initiative qui permet aux étudiants-chercheurs en histoire de partager les résultats de leurs travaux.

Julien Duval-Pélissier est candidat à la maîtrise en histoire à l’Université du Québec à Montréal, sous la direction conjointe de Pascal Bastien et Benjamin Deruelle. Son mémoire porte sur la justice criminelle, les pratiques pénales et les logiques institutionnelles du Parlement de Paris, au cours de la décennie qui précède la Révolution française (1780-1790). Dans le cadre de ce projet, il s’intéresse également aux humanités numériques et à l’application des méthodes informatiques dans la recherche historique. À travers son engagement éditorial dans la revue Histoire, Idées et Sociétés, il espère contribuer à la promotion, la diffusion et la visibilité des recherches étudiantes.

Sandrine Labelle est candidate à la maîtrise en histoire à l’Université du Québec à Montréal, sous la direction de Martin Petitclerc. Dans le cadre de son mémoire, elle étudie les mouvements féminins pacifistes et anti-nucléaires dans le Québec des années 1960. À travers l’étude des activités de l’organisme La Voix Des Femmes, sa recherche propose de voir le mouvement anti-nucléaire comme un lieu de politisation qui sert de tremplin à la résurgence féministe de la fin des années 1960. Son engagement au sein de la revue Histoire, Idées, Sociétés s’inscrit dans une volonté de mettre en valeur les recherches et réflexions d’étudiant.e.s de tous les niveaux, dans le but de favoriser une diversification des contributions à la connaissance historique.

Vicky Laprade est candidate à la maîtrise en histoire à l’Université du Québec à Montréal sous la direction de Laurent Colantonio. Elle s’intéresse à l’histoire politique et culturelle de l’Irlande et, plus particulièrement, à l’histoire des femmes. Son mémoire en cours porte sur le militantisme des Irlandaises durant le premier quart du XXe siècle et leur engagement paramilitaire durant le soulèvement armé de 1916 à Dublin. Son implication au sein de la revue Histoire, Idées, Sociétés traduit un désir de partager des connaissances et d’encourager les étudiantes et les étudiants à diffuser le fruit de leurs recherches.

Jérémie Lévesque Saint-Louis est candidat à la maîtrise à l’UQAM sous la direction du professeur Dany Fougères. Dans le cadre de son mémoire, il s’intéresse à l’occupation, l’aménagement et l’exploitation du territoire canadien dans le premier tiers du XIXe siècle par le prisme des travaux de l’arpenteur général Joseph Bouchette. Au sein de la revue Histoire, Idées, Sociétés, il souhaite encourager les étudiants et les étudiantes de sa communauté à s’initier à l’univers des publications universitaires, mais également à diffuser un savoir et des connaissances historiques à un public plus large.

Philippe Pinet est candidat à la maîtrise en histoire à l’UQÀM sous la direction de Greg Robinson. Ses recherches portent sur le néoconservatisme et la question raciale aux États-Unis entre 1945 et 1980, mais plus particulièrement sur les prises de positions politiques exprimées dans les pages du magazine Commentaryautour des thèmes de la ségrégation, des droits civiques, et de la discrimination positive. Son implication au sein de la revue H.I.S. se caractérise par son engagement au sein du comité éditorial, ainsi que par sa volonté à stimuler et à encourager la vulgarisation historique dans un contexte étudiant.

Joanie Tremblay est candidate à la maîtrise en histoire à l’UQÀM sous la direction d’Olga Alexeeva. Dans le cadre de ses recherches, elle s’intéresse à l’histoire politique et militaire du Japon contemporain (1868-1945) et, plus particulièrement, à son ascension sur la scène internationale en tant que puissance régionale et nation impérialiste. Son mémoire porte sur l’intervention militaire japonaise en Sibérie au cours de la Révolution russe (1917-1922), abordée sous le prisme des relations franco-japonaises pour étudier l’impact de l’intervention sur la position du Japon au sein du système international de l’entre-deux guerres. En s’impliquant dans le comité éditorial de la revue Histoire, Idées et Sociétés, elle souhaite encourager l’accès à l’édition scientifique en milieu étudiant, ainsi que la visibilité de la recherche historique produite à tous les niveaux universitaires.